Agile

0
(0)

Nous sommes dans les années 60. La NASA se rend compte que les astronautes qu’elle projette alors d’envoyer là-haut doivent prendre un certain nombre de notes. Problème : le stylo bille ne fonctionne pas en impesanteur.

L’administration américaine débute alors un long projet pour créer un stylo à même de fonctionner dans l’espace. Des millions de dollars sont investis. Mais là encore, les Russes ont été plus rapides.

40 ans après, Robert C. Martin, ingénieur logiciel, ne sait sans doute pas que le mail qu’il vient d’envoyer à ses camarades développeurs va changer durablement le vocabulaire et les pratiques des entreprises du monde entier.

« Je voudrais organiser une petite conférence (de deux jours) entre Janvier et Février 2001, ici à Chicago. Le but de cette conférence est de réunir tous les leaders des méthode légères dans une seule pièce. Vous êtes tous invités ; et je serais intéressé de savoir qui d’autre je pourrais contacter. »

C’est ainsi que 17 ingénieurs logiciel se sont réunis dans l’hôtel The Lodge de la station de ski Snowbird située dans les montagnes Wasatch de l’Utah, du 11 au 13 février 2001. Ils ont un point commun : des frustrations fortes liées à la pratique de leur métier dans des organisations lourdes et « sur-encadrées ».

L’objectif de cette rencontre ? Skier et s’amuser. Mais aussi réfléchir à leur métier d’ingénieur logiciel.

Le résultat de leurs échanges est le Manifeste Agile :

Nous découvrons comment mieux développer des logiciels
par la pratique et en aidant les autres à le faire.

Ces expériences nous ont amenés à valoriser :

Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils
Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive
La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle
L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan

Nous reconnaissons la valeur des seconds éléments,
mais privilégions les premiers.

Ce manifeste est complété par 12 principes sous-jacents :

Nous suivons ces principes:

Notre plus haute priorité est de satisfaire le client
en livrant rapidement et régulièrement des fonctionnalités
à grande valeur ajoutée.

Accueillez positivement les changements de besoins,
même tard dans le projet. Les processus Agiles
exploitent le changement pour donner un avantage
compétitif au client.

Livrez fréquemment un logiciel opérationnel avec des
cycles de quelques semaines à quelques mois et une
préférence pour les plus courts.

Les utilisateurs ou leurs représentants et les
développeurs doivent travailler ensemble quotidiennement
tout au long du projet.

Réalisez les projets avec des personnes motivées.
Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils
ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les
objectifs fixés.

La méthode la plus simple et la plus efficace pour
transmettre de l’information à l’équipe de développement
et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face.

Un logiciel opérationnel est la principale mesure d’avancement.

Les processus Agiles encouragent un rythme de développement
soutenable. Ensemble, les commanditaires, les développeurs
et les utilisateurs devraient être capables de maintenir
indéfiniment un rythme constant.

Une attention continue à l’excellence technique et
à une bonne conception renforce l’Agilité.

La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la
quantité de travail inutile – est essentielle.

Les meilleures architectures, spécifications et
conceptions émergent d’équipes auto organisées.

À intervalles réguliers, l’équipe réfléchit aux moyens
de devenir plus efficace, puis règle et modifie son
comportement en conséquence.

Depuis la publication du Manifeste, le respect de ses principes dans tous les métiers est devenu un objectif pour les entreprises, qu’elles soient start-ups ou membres du CAC40. En 2018, 96% des acteurs projets des grandes organisations déclaraient mettre en place des méthodes agiles.

Penser que cela ne concerne que les managers et les développeurs est une erreur.

Chacun peut appliquer ce Manifeste et les outils développés depuis dans les méthodes agiles dans son quotidien :

  • Utiliser la notion d’Epic pour construire sa To Do List : une Epic est un ensemble de tâches autour de la même thématique. Elle donne du sens à ce que l’on doit faire. Par exemple, produire un épisode de podcast nécessite une bonne préparation (Epic#1), un fichier MP3 monté (Epic#2), une fiche de présentation complète (Epic#3). Chaque Epic est ensuite subdivisé en plusieurs tâches. Un fichier MP3 monté veut dire que nous devons enregistrer le podcast (tâche#1) et monter l’épisode (tâche#2). Il devient plus facile d’envisager la lourdeur d’un projet et de construire un rétro planning par exemple.

  • Utiliser la notion de Sprint : plutôt que de se donner comme objectif de livrer son projet dans un an, les équipes agiles définissent des livrables intermédiaires à court terme (3 semaines à un mois maximum). Entre chaque livraison, le contenu du sprint suivant est défini lors d’une réunion de planification. A votre échelle, cela veut dire que vous pouvez vous fixer de livrer toutes les deux semaines un ou des livrables du projet. Cela peut être un fichier Excel, une infographie, un PowerPoint ou une première version d’une note stratégique, peu importe, dès lors qu’il peut être présenté en fin de sprint au collectif et recevoir des feed-backs.

  • Utiliser la notion d’impact pour prioriser : pour deux livrables qui génèrent la même valeur, c’est celui qui met le moins de temps à être produit et dont le coût de retard est le moins élevé qui sera priorisé. Sans aller jusqu’aux calculs qui peuvent être assez complexes, retenez qu’il vaut mieux commencer par le plus facile à valeur générée égale pour engager une dynamique projet.

Ce ne sont là que quelques exemples d’outils inspirants qui peuvent vous aider à vous organiser. L’agilité n’est pas uniquement un « truc » de développeur ou de manager, c’est aussi une posture de travail que chacun peut utiliser dans son quotidien.

Les Russes ont bien suivi les principes de l’agilité, notamment celui de la simplicité, en proposant à leurs cosmonautes d’utiliser… un crayon.

Un courrier mensuel pour développer vos compétences comportementales

Je vous propose une newsletter qui va traiter sous une forme originale le thème des compétences comportementales en allant puiser dans la grande Histoire les petites histoires qui aident à prendre du recul avec nos pratiques quotidiennes.


Licence Creative Commons
Ce contenu est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur les étoiles pour me le dire !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote 0

Soyez le premier à donner une note à cet article !

Si vous avez trouvé cet article utile...

Retrouvons-nous sur les réseaux sociaux !

Ah vraiment désolé que cet article ne soit pas utile pour vous.

Aidez-moi à améliorer cet article !

Comment puis-je améliorer cet article ?

Publié le
Catégorisé comme Blog

Par Alexandre Zermati

Auteur et conférencier en efficacité professionnelle et collective | Livre « Self Manager » éd. Eyrolles | Podcast « Azzzap »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

9 − 5 =